Menu

Un cabinet à vocation européenne

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Certificat de coutume : passerelle entre les différents systèmes juridiques

Certificat de coutume : passerelle entre les différents systèmes juridiques

Le 20 mai 2021

Nous sommes souvent sollicités pour la rédaction de certificats de coutume en droit russe et ukrainien. Tout récemment la question du PACS s’est posée...

Dans le monde d’aujourd’hui le « certificat de coutume », c’est-à-dire l’attestation d’un juriste ou d’une autorité étrangères relative à l’existence, au contenu et à l’interprétation d’une loi étrangère, devient un acte juridique particulièrement demandé. En cause, l’effacement des frontières face aux flux des capitaux, biens et personnes de différentes origines, ce qui implique les risques de conflit des lois lesquels devraient, en principe, être évités. 

Des certificats de coutume spécifiques peuvent concerner l'existence ou les effets d'un régime matrimonial, une répartition successorale, le droit des sociétés et les pouvoirs des dirigeants, un point de droit commercial ou administratif. Concernant l’état des personnes en France, d’après les dispositions de l’Instruction Générale Relative à l’Etat Civil du 11 mai 1999, le certificat de coutume peut notamment être demandé pour : 

  • Prouver le contenu de la loi étrangère (lors des procédures d’adoption, par exemple)
  • Permettre à l’officier d’état civil de vérifier si l’étranger remplit les conditions du mariage en France (ou PACS), notamment l’existence d’une précédente union
  • Se prévaloir d'une loi étrangère prévoyant des conditions moins strictes que celles du droit français concernant le mariage. 

Il est à noter que, lorsqu'il apparaît que l'application de la loi étrangère serait contraire à l'ordre public français, si cette contrariété est évidente, l'officier de l'état civil doit refuser de célébrer le mariage et, s'il existe un doute, surseoir à la célébration et solliciter l'avis du parquet. 

Quant à la Russie ou l’Ukraine – pays pour lesquels notre Cabinet est compétent – leurs ressortissants doivent souvent présenter des certificats de coutume. Or, dans certaines situations, les services consulaires – à les supposer disponibles compte tenu des mesures sanitaires liées au Covid 19 – peuvent se montrer réticents à les établir. Tel pourrait être le cas d’un certificat de coutume visant la conclusion d’un PACS, contrat spécifique inconnu en droits russe et ukrainien. Dans une telle situation ou une situation similaire, un acte établi par un avocat reste, bien entendu, possible.

Besoin d’informations ?Nous répondons à toutes vos questions

Contactez-nous